Les Croissants Sauvages, Editions Temporaires, 02/2011
Conte de Y. Kukucka, Illustrations de P. Rousselet

« Il était une fois un village invisible.

Même si l’on ne voyait jamais rien, les habitants vivaient parfois des aventures à couper le souffle.

Tous les matins, le boulanger se levait aux aurores en même temps que sa pâte à pain.

Un jour, alors qu’il sortait du four des croissants invisibles tout chauds, il s’aperçut qu’ils avaient disparu.

Le boulanger prit ses jambes à son cou et couru à leur recherche.

Dans le ciel, on vit passer une horde de croissants volants qui jouaient à cache-cache avec des danseurs étoiles.

Dans le parc, on vit débouler une bande de croissants à pattes qui couraient le marathon avec des girafes d’herbe.

Dans la rue, on vit quelques croissants aux yeux au beurre noir se battre.

Le boulanger et son ami poissonnier partirent à la pêche aux croissants sauvages.

Pour les appâter, ils semèrent des papillons en papillotes, des crottes en chocolat et des poissons en sucres sur le chemin qui mène à la boulangerie.

Rapidement, tous les croissants firent fi de leurs occupations pour se jeter sur les gourmandises.

Ils dévorèrent tout et se retrouvèrent de nouveau dans la boulangerie.

Pour fêter le retour des croissants, le boulanger alla boire un verre d’eau de mer chez son ami poissonnier.

Mais en moins de temps qu’il ne faut pour le voir, les croissants sauvages invisibles disparurent de nouveau.

Si on regarde bien le ciel et les rivières de ce village, on aperçoit parfois leurs ailes en chocolat et leurs nageoires en sucre.

Même si aujourd’hui, ils sont sauvages et en liberté, le boulanger continue de les nourrir en posant une assiette de farine et un pot de beurre devant sa porte. »

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien